Combien d’instituts d’études politiques (IEP) existe-t-il en France ?

Les instituts d’études politiques (IEP) sont souvent désignés sous le nom de « sciences po ». Ils représentent un ensemble d’établissements d’enseignement supérieur prestigieux. Ces institutions se consacrent à l’étude des sciences politiques et offrent une variété de programmes académiques. Cependant, il existe quelques distinctions importantes à noter entre ces écoles.

Quelles distinctions entre sciences po et les IEP ?

Les établissements portant le label « sciences po » sont identiques aux instituts d’études politiques (IEP). Ce terme provient de « sciences politiques », la discipline centrale de ces cursus. Vous pouvez consulter cette liste de stages disponibles à l’adresse https://groupe-reussite.fr/stages/toutes-matieres/prepa-sciences-po/france/toutes-periodes/.

A lire aussi : Quel business entreprendre ?

« sciences po » est une marque déposée en 1988 par la Fondation nationale des sciences politiques, regroupant ainsi les 10 IEP sous une bannière commune (comme sciences po Bordeaux, sciences po Grenoble, etc.).

Une exception est faite pour sciences po Paris, le plus ancien et le plus prestigieux, qui peut être cité sans mention de la ville.

A découvrir également : Obligations comptables pour les professions libérales dans le Val-de-Marne : Quel rôle pour l'expert-comptable ?

Quels sciences po existent en France ?

En France, il existe dix Instituts d’Études Politiques (IEP), communément appelés sciences po. Ces institutions sont reconnues pour leur excellence académique et leur diversité de programmes. 

Sciences po Paris

Fondé en 1872, il est le plus ancien et le plus prestigieux des IEP. Il propose des masters spécialisés dans divers domaines, y compris l’affaires publiques, le droit, le journalisme et les affaires internationales.

Sciences po d’Aix-en-Provence

Fondé en 1948, il est rattaché à l’université d’Aix-Marseille. Il offre des spécialisations en administration publique, analyse politique, carrières internationales, économie et management.

Sciences po de Bordeaux

Créé en 1948, il encourage la mobilité internationale dès la deuxième année. Les spécialisations incluent la gouvernance de la transition écologique, le journalisme, les carrières administratives, la géo-économie appliquée et la politique internationale.

Sciences po de Grenoble

Fondé en 1948, il permet aux étudiants de se spécialiser dès la troisième année dans des domaines tels que les études internationales et européennes, l’administration publique, le management, les études d’opinion et la communication.

Sciences po de Lille

Ouvert en 1991, il propose 17 domaines de formation, dont les affaires publiques, le management des institutions culturelles, la politique écologie et soutenabilité, la stratégie et l’intelligence économique.

Sciences po de Lyon

Créé en 1948, il offre des spécialisations en affaires publiques, affaires internationales, communication et territoires, ainsi qu’une variété de spécialités en cinquième année.

Sciences po de Rennes

Établi en 1991, il propose des choix entre l’école des politiques publiques, l’école de journalisme, l’école des affaires internationales ou l’école du management des organisations en quatrième année.

Sciences po de Saint-Germain-en-Laye

Le plus récent (2013) offre des pré-spécialisations en deuxième année et des choix entre métiers de la culture et de la communication, du droit et de l’action publique, de l’Europe et de l’international, ou du management, de l’économie et des finances en quatrième année.

Sciences po de Strasbourg

Créé en 1945, il propose des masters dans des domaines liés à l’Union européenne, notamment l’administration publique, la finance, les relations internationales, la science politique, le droit européen et les études européennes et internationales.

Sciences po de Toulouse

Fondé en 1948, il offre des domaines de spécialisation en action publique, économie, développement et relations internationales, gestion des risques, lutte contre les discriminations, ainsi que les médias, la communication, la culture et la société de la connaissance.

About the author